Cuisine

Aménager une cuisine pour personne à mobilité réduite

Conserver une certaine autonomie n’est pas toujours évident quand on roule en fauteuil. Pourtant, les personnes à mobilité réduite ont tout autant besoin de se déplacer que les personnes valides. Se laver, se déplacer d’une pièce à l’autre, cuisiner, sont autant d’activités qui permettent de vivre une vie normale quels que soient l’âge et les capacités. Quels sont les aménagements nécessaires dans la cuisine pour les personnes à mobilité réduite ? Les cuisinistes, designers et fabricants se sont penchés sur le problème et proposent maintenant des aménagements pertinents pour faciliter les déplacements et la vie des personnes à mobilité réduite.

Le summum des solutions : la hauteur variable

Difficile de rendre compatibles la nécessité de dégager les parties basses pour le déplacement du fauteuil et celle de disposer de rangements et d’équipements à une hauteur adaptée. Il est possible, pour y parvenir, d’installer des équipements réglables à hauteur variable, manuelle ou électrique.

Dans une cuisine à hauteur variable, les équipements sont placés facilement à la hauteur désirée, soit manuellement à l’aide d’une manivelle, soit électriquement par un interrupteur va-et-vient. Ainsi, pour utiliser les équipements, la personne à mobilité réduite les amène à sa hauteur. Quand elle a terminé, elle replace en hauteur les plans de travail pour mieux circuler dans l’espace.

ilot-central

Exemple d’un îlot central

Une solution moins onéreuse consiste à faire installer un îlot central à hauteur réglable, et des éléments muraux à 80 cm de hauteur, avec une profondeur limitée à 60 cm.

Des équipements adaptés

Pour la cuisson, le four doit être équipé d’une porte escamotable, plus facile à manipuler pour une personne en fauteuil. Les plaques à induction avec commandes sur le devant sont parfaitement adaptées. La hotte aspirante devant être placée soixante centimètres au-dessus des plaques, un modèle à télécommande doit être privilégié.
Les prises électriques seront multipliées le long du plan de travail, pour éviter d’avoir à déplacer les appareils, manœuvre difficile pour des personnes à mobilité réduite.
En ce qui concerne le point d’eau, l’évier est un modèle suspendu et doit avoir une cuve peu profonde. Il est équipé d’un robinet mitigeur avec douchette flexible, qui sont placés à droite ou à gauche du bac, pour plus de maniabilité.

Des rangements bien étudiés

En matière de rangement, les éléments hauts ne doivent pas se situer à plus d’1,20 mètre du sol (trop haut) ni à moins de 40 cm (trop bas).
Pour dégager les circulations et faciliter les ouvertures, les portes coulissantes viendront remplacer les portes à battant. Les tiroirs coulissants sont également très pratiques, à deux conditions : le tiroir ne doit pas être trop haut et les dégagements doivent inclure l’ouverture totale et la largeur du fauteuil, soit 1,30 m minimum, comme dans le reste de la cuisine.
Pour faciliter la circulation du fauteuil et éviter les heurts, tous les angles des meubles sont arrondis et les poignées de portes remplacées par des systèmes d’ouverture à pression.