Isolation

Comment isoler sa toiture ?

isolation toiture

Lorsque les factures de chauffage deviennent exorbitantes, il convient de chercher la solution du côté de l’isolation thermique. Or, l’air chaud tend à monter et si les combles ne sont bien isolés, les effets se font considérablement sentir sur les frais de consommation d’énergie.
En effet, il est prouvé que 30 % de la chaleur s’échappe par le toit, si celui-ci n’est pas correctement isolé. Il est donc possible de réduire le coût du chauffage en évitant les pertes d’énergie par le toit. Plusieurs alternatives sont envisageables, selon l’état des combles et de l’investissement que vous êtes disposé à faire.

L’isolation par l’intérieur

Il s’agit de la solution la plus mise en œuvre. Plusieurs techniques et matériaux sont utilisés en fonction de la fonctionnalité de vos combles. Si ceux-ci sont perdus et difficiles d’accès, vous pouvez opter pour le soufflage de laine minérale en flocons, une technique qui s’adapte facilement à toutes les typologies de toiture. Facile à appliquer grâce à une machine à souffler, cette méthode reste la plus diffusée et son coût est moyen.
Une alternative à la laine soufflée est la pose d’un rouleau de matériau isolant. Si le plancher est assez résistant pour supporter la masse du tapis de laine minérale, cette méthode est efficace et garantit une isolation thermique et acoustique, pour un coût tout à fait accessible.
Pour vos combles aménagés ou destinés à l’être, il est encore plus important de les isoler afin de contenir aussi bien la déperdition de chaleur en hiver que l’effet fournaise provoqué par l’intensité du rayonnement solaire sur la surface de la toiture en été. La solution idéale pour améliorer les performances énergétiques consiste à appliquer deux couches de matériau isolant sous les rampants, entre les chevrons. L’ensemble est ensuite recouvert d’une membrane d’étanchéité à l’air, avant la pose des plaques de plâtre. Cette méthode a l’avantage d’assurer une isolation thermique continue.

L’isolation par l’extérieur

Cette technique est relativement contraignante, car dans tous les cas de figure, il faut entièrement déposer la couverture du toit. Néanmoins, elle offre le maximum d’efficacité et de performance en matière d’économie d’énergie. Il existe plusieurs méthodes d’isolation de la toiture par l’extérieur.
Le sarking : cette technique, adoptée auparavant pour les habitations en montagne, commence à s’imposer comme la meilleure solution pour une isolation thermique optimale. Le procédé consiste à mettre la charpente à nu, pour successivement installer les différentes couches des éléments isolants. Les avantages du sarking sont considérables. Il permet d’une part d’obtenir une isolation thermique continue, et d’autre part de développer tout le potentiel décoratif de la charpente et des poutres qui restent apparentes sous les combles. Il s’adapte à toutes les typologies de toiture, mais il faut s’assurer que la charpente soit en mesure de soutenir le poids supplémentaire.
Le système Integra Reno : cette méthode utilise 3 éléments pour constituer la couverture isolante : des panneaux de laine de verre, une membrane d’étanchéité à l’air et un écran de sous-toiture pour le transfert des vapeurs d’eau vers l’extérieur. Les résultats du point de vue de la réduction de la consommation énergétique et de la pollution sonore sont attestés. La technique est particulièrement indiquée pour les toits en rénovation.
Le système Clima Comfort Reno : ce système utilise la mousse Resol, un matériau très performant pour sa capacité isolante et sa composition perméable à la vapeur, mais étanche aux éléments atmosphériques externes.

Pour réaliser l’isolation la mieux adaptée à l’habitation et au climat, il convient de s’adresser à un professionnel afin de réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE). Ceci permet d’évaluer la nature des travaux à entreprendre, ainsi que leur coût. Les propriétaires, qui désirent entreprendre des travaux d’isolation de la toiture, bénéficient de soutiens financiers afin de réduire le poids de leur investissement (crédit d’impôt à 30 %, prime énergie et TVA à 5,5 %