Chauffage

Installer un chauffage au sol

Chauffage au sol

Apprécié par près de 5 millions de Français pour l’homogénéité de la chaleur qu’il diffuse, et la sensation de confort qu’il procure, le chauffage au sol a l’avantage d’être compatible avec toutes les sources d’énergie : électrique, solaire, gaz. Invisible et offrant toute latitude d’aménagement des pièces, il peut être installé par des particuliers à condition toutefois de ne pas être trop novice et de respecter très scrupuleusement les règles exposées ci-dessous.

1/ Faire ses calculs

Pour déterminer la surface utile de plancher chauffant, dite surface équipable (Se), la puissance équipable (Pe), la puissance maximale autorisée, il faut prévoir un plan des pièces et une heure de mathématiques…

Le document de référence est le CPT (Cahier des Prescriptions techniques) qui précise tous les rapports à respecter avec des formules toutes faites que vous n’aurez plus qu’à appliquer… avec votre calculatrice !

2/ Vérifier que le sol est plan et horizontal

Avec un niveau à bulle et une règle de maçon, vérifiez que le sol n’a pas d’aspérités. Si un décalage plus important que 7 mm est constaté, il est obligatoire de procéder à un ragréage, à l’aide d’enduits auto-lissants.

3/ Placer l’isolation périphérique le long des murs

Les bandes périphériques sont disponibles en rouleaux de 5 à 50 m, la meilleure épaisseur est de 8 mm. Si le Cahier des Prescriptions techniques autorise une pose sans fixation, les agrafes et la colle sont tout de même bienvenues.

4/ Poser les plaques de sol

Vous les trouverez à bords droits, à rainures, à feuillures d’emboîtement, en mousse de polyuréthane rigide (PUR), en polystyrène expansé haute densité (PSE), en panneaux plastifiés (utiles en cas d’humidité), en panneaux de laine minérale, en polystyrène extrudé (XPS). Elles sont aisées à poser, et l’essentiel est d’opter pour  un isolant certifié ACERMI.

5/ Poser les câbles chauffants

Vous avez là le choix entre les câbles chauffants qui sont intégrés à une trame en plastique, et ceux qui sont simplement à dérouler à même le sol. Sauf pour les pièces aux formes peu classiques, privilégiez les premiers, beaucoup plus simples d’utilisation.

De même, parmi les trois technologies disponibles (le câble chauffant simple conducteur, câble double conducteur, le câble auto-régulant), choisir le dernier qui permet d’éviter les surchauffes car il s’adapte aux variations de la température de la pièce.

Les dimensions de la trame et le trajet des câbles sont déterminés en fonction du plan de calepinage préétabli. Celui-ci doit être scrupuleusement respecté, mais avec la trame, il suffit de prendre son temps.

Les bandes de trame se découpent à mi-spire avec un cutter, en évitant le câble.

En fin de rangée, on opère un demi-tour. Le câble est alors placé au-dessus et il faut préserver dix centimètres entre les bandes, sans que les moitiés de boucles du câble ne rentrent en contact. Des cavaliers permettent de fixer aisément le tout.

6/ Faire une chape

Pour l’enrobage, on peut choisir un béton d’enrobage, peu onéreux et qui peut être mis en œuvre à la bétonnière, ou une chape fluide pour plancher chauffant qui revient plus cher, et doit être livrée par camion toupie, mais il possède des qualités bien supérieures à l’usage. Si dans la pièce, des canalisations verticales débouchent du sol porteur,vous devez les entourer avec un manchon compressible (NF P 61-203). Le pourtour de la découpe doit être rendu étanche.

7/ Mettre en service

Par « liaison froide », on relie le câble à trois conducteurs au thermostat.

La mise en service proprement dite s’effectuera en deux fois : il est nécessaire de stabiliser l’enrobage et d’évacuer toute l’humidité résiduelle qui pourrait subsister. On commencera au moins trois semaines après la réalisation de la dalle ou de la chape, et un mois si l’on veut mettre du carrelage. Il sera alors possible de poser le revêtement de sol souhaité.